Home International AFRIQUE Cameroun-Performance : 100 jours : ils écrivent l’histoire
Cameroun-Performance : 100 jours : ils écrivent l’histoire

Cameroun-Performance : 100 jours : ils écrivent l’histoire

0
Laurent Esso, tout Droit

LE MINISTRE de la Justice est à l’origine de plusieurs actes forts dans son département ministériel ces trois derniers mois. Après avoir revu la durée des gardes à vue, il a sensibilisé ses collaborateurs pour limiter les abus divers décriés par les justiciables.

Désormais, des actions récursoires sont applicables aux personnels judiciaires qui auront pris des décisions partiales contre des individus. Il est question de reverser, dans les caisses de l’État, les sommes dépensées pour la réparation du préjudice causé. Globalement, les gardes à vue et les détentions provisoires abusives sont le fait d’une violation ou d’une application erronée de la loi de la part des responsables de la chaine judiciaire. Pour Laurent Esso, « il s’agit d’améliorer sans cesse la perception que dégage notre pays, en matière du respect des droits de l’homme ».

Louis Paul Motazé, le révolutionnaire

SON ARRIVÉE dans les finances publiques est un coup d’accélérateur dans la marche du Cameroun vers son émergence, pronostiquée en 2035. Pour mettre toutes les chances de son côté, il vient de conduire une délégation d’hommes d’affaires nationaux au Maroc, les 14 et 15 mars derniers.

Invité dans le cadre du marché de l’investissement du Forum international Afrique Développement qui n’a que regroupé 9 pays, il a été question de mettre sur pied une nouvelle dynamique actuelle du gouvernement ainsi que les défis à relever pour que ce pays d’Afrique centrale émerge définitivement en tant que terre d’investissement par excellence.
Dans cette optique, des priorités dont les besoins d’investissement sont importants ont été identifiées. Il s’agit notamment des infrastructures qu’elles soient routières ou aéroportuaires. « Nous priorisons également la transformation agricole pour passer d’une agriculture traditionnelle à ce que
le chef de l’État appelle « l’agriculture de seconde génération
».

L’autre axe majeur est l’industrialisation. L’actuel ministre des finances est aussi l’instigateur de l’opération d’assainissement du fichier solde de l’État visant à extirper les fonctionnaires fictifs du fichier solde. Que dire de la mission d’enquête visant la circulation de fausses quittances qu’il vient d’initier suite à une lettre de dénonciation.
Et ce n’est pas fini !