INSÉCURITÉ

Une explosion crée la panique à Yaoundé

La note d’information attribuée au ministère de la Défense est claire sur le sujet.
D’après son signataire, le capitaine de frégate Serge Atonfack, chef de division de la communication, « une friteuse a effectivement explosé dans un commerce au quartier Tsinga. Cependant une grenade encore goupillée a été retrouvée dans une buvette à proximité ».

Une première d’une bombe artisanale et une seconde, de source non identifiée (…) à une cinquantaine de mètres de la première explosion

Cette version officielle achoppe, cependant, sur les témoignages des personnes sur place au moment des faits. En effet, dans un voice en circulation sur les réseaux sociaux, un sergent de l’armée apparemment présent sur les lieux, affirme qu’il y a eu deux explosions. Une première d’une bombe artisanale et une seconde, de source non identifiée qui a eu lieu une vingtaine de minutes plus tard à une cinquantaine de mètres de la première explosion. Ce témoignage est d’ailleurs conforté par celui d’un autre témoin qui renseigne que tout serait parti d’un couple, un homme et une femme qui seraient venus en ce lieux populeux prendre un verre. Mais, précise cette source, ces individus louches auraient abandonné un sac à côté d’un grillage à l’entrée du snack dénommé « le Métro », très fréquenté à Yaoundé, avant de s’éloigner à une cinquantaine de mètres. C’est donc ce sac qui aurait explosé faisant quelques blessés légers pris de peur dans la débandade totale. Les blessures seraient d’origine accidentelle dues aux débris de bouteilles qui trainaient au sol. Quant à la seconde explosion qui a suivi un procédé identique au premier, elle n’a pas fait de victimes.

Cet incident survient au lendemain de la tenue de la réunion de sécurité dans la région du centre

Dépêchées sur les lieux, les forces de maintien de l’ordre et l’unité de déminage du ministère de la Défense ont procédé à la sécurisation des lieux à travers une fouille systématique. Celle-ci a permis de mettre la main sur une grenade encore goupillée. Les mêmes sources évoquent également l’interpellation de deux individus suspects. Cet incident survient au lendemain de la tenue de la réunion de sécurité dans la région du centre présidée par le ministre Paul Atanga Nji. Bien avant cela, on se souvient aussi que dans sa correspondance datée du 22 juillet 2019, l’autorité administrative du 2ème arrondissement du département du Mfoundi, appelait à la vigilance des chefs traditionnels de son unité de commandement en ces termes : « honneur de vous demander (de) bien vouloir procéder à l’identification des personnes déplacées des régions du Nord-ouest et Sud-ouest résidant dans vos quartiers respectifs et m’en rendre compte». Avant d’ajouter « vous voudrez bien aussi identifier et localiser les familles d’accueil. Urgence et importance hautement signalées».

M.O, Vision Web

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *