Changements climatiques L’urgence d’une nouvelle pensée. . .

Actualités articles International Magazines Société

Quel que, soit le bout par lequel on prend l’affaire, il est une évidence qui crève les yeux. Depuis au moins une vingtaine d’années, la terre connait une surchauffe climatique réelle ; avec des conséquences de plus en plus dramatiques.

Les hommes des sciences s’accordent presque tous aujourd’hui sur la question. Le réchauffement de la planète entraine des conséquences climatiques graves. Les décideurs politiques le perçoivent pour la plupart très bien. Et se démènent comme rarement autour d’une problématique pour apporter des solutions au réchauffement de la planète bleue. Dommage seulement que, des options idéologiques réactionnaires s’entêtent à freiner la marche des autres vers la recherche de médications appropriées. Nombre d’industries et d’autres secteurs de l’activité économique le comprennent et tentent comme de nouvelles adaptations et approches dans leurs modes de productions. Ceci implique forcément, des sacrifices. Le prix est parfois élevé. Il faut pourtant le payer pour que la terre et ses habitants survivent.

Le légendaire bon sens paysan le vit aussi. Et est forcé de s’adapter à la nouvelle donne. Ces changements climatiques inspirent un rythme nouveau dans les saisons culturales, les bouleversant parfois carrément ; avec des incidences sur les productions, en quantité comme en qualité. L’Homme est donc en danger et tous les écosystèmes davantage.

De Rio de Janeiro à Paris, de Copenhague à Marrakech, des réunions se sont tenues, des fora ont pris place. A la fin, toujours des résolutions et décisions. Pour quelles avancées alors ? Difficile pour l’heure d’y répondre. Ardu aussi, la réponse sur les délais de retour à une espèce de normale. Seule constante, les batailles qui ont cours autour de la prise en compte des intérêts des uns et des autres. Les plus grands voudront le demeurer en produisant beaucoup, en polluant fatalement ; hypothéquant l’avenir des plus petits. Ces derniers aspirent eux aussi à la puissance économique. Ils veulent aussi « un peu » polluer. Mais ils sont ramenés à des ambitions raisonnables à coup parfois de promesses lénifiantes. Toujours tenues ? Pas très sûr. L’avenir de milliards de personnes serait compromis. Les jeux d’intérêts semblent, ici aussi, prédominer.

Si tout le monde pouvait d’abord s’occuper de sa cour…

Des arbres à planter, le transport en commun à développer, soleil et vent à privilégier dans la production de l’énergie . . . Autant d’approches qu’individus, associations, et autres communautés, autant que les structures de L’État pourrait faire avancer. En somme, de nouvelles mentalités, doivent émerger chez les citoyens,  plus instruits et informés des dangers qui guettent  la planète; sinon, le réveil peut s’avérer surchauffé.

H.B, Vision Web

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *