Boissons alcoolisées : Un saut qualitatif de 50Fcfa désormais appliqué

Actualités articles Economie International Magazines Société

« Nos tarifs ont été modifiés avec effet ce 1er mars 2019, pour tenir compte de la loi » peut-on lire en tête de ce document. Ceci en deçà d’une note de courtoisie d’adresse de meilleurs vœux pour la nouvelle année. En effet, contrairement à une hausse de 100 Fcfa comme s’attendait l’opinion publique, les brasseries du Cameroun comptent appliquer un nouveau tarifaire d’un montant 50 Fcfa de manière générale sur certaines boissons alcoolisées.  Il s’agit notamment  des bières blondes, les brunes et les alcools-mix qui connaissent une hausse de 50Fcfa. Les bières en cannette et les bières en fûts quant à elles augmentent de 25 et 100 Fcfa respectivement.

Les dispositions fiscales contenues dans la loi de finances 2019 intègre une modification en ce qui concerne la gestion des droits d’accise. Dans celle-ci les bières alcoolisées pourraient se situer à hauteur de 5,5%. Consécutivement, le gouvernement a réduit de moitié l’abattement sur les produits brassicoles qui sert de base au calcul du droit d’accise, pour le fixer à 10%. La réduction de cet abattement fiscal amène les brasseurs à procéder à un changement. La Société anonyme des Brasseries du Cameroun produit 900 millions de litres de boissons chaque année.

Déjà des écarts sur le terrain

Produits Brasseries

Selon l’article 141 bis de la loi de finances 2019, la base d’imposition au droit d’accise est déterminée après application d’un abattement de 10% pour les bières titrant un degré d’alcool inférieur ou égal à 5,5%. Même si pour certains consommateurs la hausse des prix en elle-même n’effraye pas pour le moins, ils s’indignent tous de cette aubaine accordée aux détenteurs des dépôts et autres débits de boisson pour ce laisser-aller à toutes formes d’abus. Car pour mémoire, dans la loi des finances 2018, il avait été instauré un abattement de 20% sur le prix qui sert de base au calcul du droit d’accise sur les boissons alcoolisées qui avait également suscité quelques remous.  Actuellement dans quelques quartiers de la capitale politique, au lieu des 550 Fcfa qui devraient être affichés sur le prix certaines bières,  des camerounais vont jusqu’à débourser entre 600 et 650 Fcfa. Les jus ne sont pas en reste. Au lieu de 550 Fcfa, le litre de jus coûte désormais 650 Fcfa.  

R.G.E, Vision Web

(34)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *