RDC : Felix Tshisekedi libère les prisonniers de Kabila

Actualités AFRIQUE articles International Politique

C’est à travers un communiqué lu ce 13 Mars au Journal du Soir à la télévision nationale, suivi des explications de Vital Kamerhe, le Directeur de Cabinet du Président que l’opinion publique nationale et internationale a appris la grâce accordée à 700 prisonniers politiques par le Président Felix Tshisekedi.

Le tocsin sonnant la libération des prisonniers politiques ou d’opinion a retenti via un communiqué lu au journal du soir à la Chaine nationale RTNC. Le Président de la République Félix Tshisekedi tient une grande promesse tenue lors de son discours d’investiture le 24 Janvier dernier et lors de son discours inaugural du programme d’urgence des 100 premiers jours.

Il n’est pas superflu de rappeler que cette mesure louable concerne, pour l’essentiel, les personnes arrêtées entre 2015 et 2018 (période marquant le point culminant de la contestation du régime de Kabila).

Dans cette foultitude de prisonniers politiques libérés, quelques-uns retiennent notre attention. Il s’agit de Firmin Yangambi et de Franck Diongo Shomba, respectivement condamnés à mort en 2010 et en 2016.

Le Défenseur des droits humains Firmin Yangambi a été condamné pour “détention illégale d’armes de guerre et tentative d’organisation d’un mouvement d’insurrection“. Quant à Franck Diongo Shomba, le Président du Mouvement Lumumbiste Progressiste (MLP), il a été condamné pour “séquestration de trois militaires de la garde républicaine“.

Cette grâce présidentielle a été accompagnée d’autres décisions qui sonnent comme une lutte contre l’impunité.

Il s’agit de la suspension du Ministre de l’Environnement et affaires foncières, Lumeya Dhu Maleghi et de sa mise sous enquête pour plusieurs arrêtés de lotissements ou d’expropriations illégaux, du Directeur Général de l’autorité de régulation des Postes et Télécoms (ARPTC), Oscar Mani Kindu, pour insubordination et du Directeur Général de la Société Commerciale des Transports et des Ports (SCTP), Daniel Mukoko Samba pour “insubordination” également.

L.D.L, Vision Web

(8)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *