Home articles Actualités INCENDIE DE L’HÔPITAL DE KUMBA : LE SILENCE ASSOURDISSANT DE LA « COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE »
INCENDIE DE L’HÔPITAL DE KUMBA : LE SILENCE ASSOURDISSANT DE LA « COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE »

INCENDIE DE L’HÔPITAL DE KUMBA : LE SILENCE ASSOURDISSANT DE LA « COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE »

0

Quatre morts et des dégâts matériels importants. Voilà le bilan condensé des exactions commises par les sécessionnistes à l’hôpital de Kumba. Une réaction, une seule, enregistrée depuis lors. Celle de Peter Henry Balerin, ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun, dont la teneur-vous est donné en annexe

A l’observation, aucune ONG des droits de l’homme, aucune organisation internationale à la renommée établie ne s’est prononcée pour faire un quelconque commentaire ou condamner l’acte posé le 11 février dernier  à Kumba par les séparatistes des régions anglophones du Cameroun. « C’est dans le malheur qu’on reconnait ses amis », enseigne une sagesse populaire. Il est aussi vrai qu’entre les États, il n’y a point d’amitié, mais des intérêts. Mais s’il y a un principe universel sur lequel la marche du monde repose, c’est bien celui d’avoir récusé la barbarie et condamné les violences.

Depuis la lutte contre Boko Haram dans la partie septentrionale du pays, le Cameroun et son armée n’ont pas cessé d’être la cible de plusieurs pseudos organisations disant défendre les droits de l’homme, allant jusqu’à faire de la victime, le bourreau de l’histoire.

Revenu à la situation dans le Sud et le Nord-Ouest, ces lanceurs d’alerte sur la situation de terrain dans les zones en crise auscultent volontairement les exactions des bandes armées contre les populations. Pourtant, chaque intervention des forces de défense est présentée en mondovision comme une violation des principes humains. Quand les donneurs de leçon restent d’un silence sélectif, la République doit prendre ses responsabilités.

GPO, Vision Web

  Intégralité de la réaction de l’ambassadeur des USA au Cameroun 
«Les États-Unis condamnent l’attaque criminelle contre l’hôpital du district de Kumba, dans la région du Sud-Ouest. L’incendie aurait entraîné la mort de plusieurs patients et causé des dégâts considérables au petit matin du 11 février. Nous exprimons nos plus sincères condoléances aux familles des victimes et notre admiration pour le personnel médical courageux. Nous appelons le gouvernement camerounais à mener une enquête transparente sur ce crime, à veiller à ce que les tribunaux tiennent les auteurs pour responsables et à informer le peuple camerounais de ses conclusions. Nous exhortons les deux parties des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun à permettre un accès sans entraves aux travailleurs humanitaires et aux personnels de santé et à ne jamais attaquer les hôpitaux ni les centres de santé. Nous appelons les deux côtés du conflit anglophone à renoncer à la violence et à engager un dialogue élargi sans conditions préalables».