Imposture. Georges Baongla aux arrêts

AFRIQUE articles International Politique Société

La rumeur de l’interpellation de Gorges Gilbert Baongla a très vite enflé sur les réseaux sociaux et autres plates formes de communications informelles.

En réalité, ce qui s’apparentait être un simple ragot va s’avérer à la suite des investigations menées par votre journal. En effet, c’est suite à une plainte introduite par l’homme d’affaires Jean Pierre Amougou Belinga que Gilbert Baongla qui s’autoproclame « fils naturel » de Paul Biya a été interpellé mercredi dernier par les éléments de la police judiciaire (Pj) de Yaoundé. Le film de cette arrestation laisse penser que ce dernier avait été informé d’un mandat d’amener qui venait d’être dressé contre lui.

A bord d’un véhicule de marque Hummer non immatriculé, Gilbert Baongla quitte l’hôtel où il logeait en compagnie de deux de ses lieutenants pour une direction inconnue. Le véhicule ayant à son bord l’homme recherché sera intercepté après une course folle dans les rues de la capitale politique au quartier Etoa Meki par les fins limiers de la Pj. Ceux-ci lui font lecture du mandat d’amener dressé contre lui avant de le conduire vers les locaux de cette unité de police. Une fois sur les lieux, Gorges Gilbert Baongla sera abondamment auditionné sur des faits d’escroquerie et de diffamation contre de nombreuses personnalités et hommes d’affaires.

Alors que son audition se poursuit à la Pj, une avalanche d’autres plaintes (une dizaine au total) viendra se greffer à la première déjà pendante. Parmi les plaignants, des ministres, Directeurs généraux, et officiers supérieurs de l’armée et autres particuliers. Certaines sources proches du dossier indiquent, par ailleurs, que le directeur de publication du journal « le démenti » fait aussi l’objet de poursuite pour des faits d’arnaque. Les deux hommes interpellés en sa compagnie, sont en fait des militaires déployés auprès de l’accusé par le général Sali, commandant de la 2ème région militaire de Douala. Parmi les deux hommes en uniforme identifiés ; un certain Oyono, sergent-chef d’armée. Le second va contre toute attente se
revendiquer le titre le chargé de communication du parti politique créé par Gilbert Baongla.

Pour rappel, Gorges Gilbert Baongla ne vit pas ses premières démêlées avec la justice. Par trois reprises, il a été condamné pour escroquerie aggravée. Toute chose qui laisse clairement remarquer que ce dernier est un coutumier des faits qui use à en croire des indiscrétions, du trafic d’influence et d’une prétendue filiation avec le chef de l’État pour arnaquer ses victimes. L’image de son expulsion d’une villa au quartier Bastos fin novembre dernier suite à une plainte pour filouterie de loyer reste fraiche dans la mémoire de plus d’un camerounais. Autant de scandales qui amènent bon nombre de personnes à s’interroger sur sa prétendue parenté d’avec le président de la République. Affaire à suivre…

E.A.M, Vision Web

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *