PIÈCE DE MONNAIE.

FIN DE PÉNURIE DÈS NOVEMBRE 2019

Les pays de la CEMAC seront bientôt ravitaillés afin de conjurer la carence actuelle.

Le constat de la rareté effectif

Dans les pays de la Cemac, notamment au Cameroun, il est de plus en plus difficile pour les commerçants de disposer de pièces de monnaie indispensables pour les transactions quotidiennes. Répondant à cette préoccupation des petits opérateurs économiques, au cours d’une conférence de presse le 4 juillet dernier dans la capitale économique, le gouverneur de la Banque centrale s’est voulu rassurant.
« Nous nous sommes effectivement penchés sur cette question. C’est d’ailleurs le vice-gouverneur qui s’en est occupé, et des commandes ont été passées », a confié Abbas Mahamat Tolli. Et le vice-gouverneur, le Camerounais Dieudonné Evou Mekou, de préciser que les livraisons sont prévues pour le mois de novembre 2019.

Cette pénurie des pièces de monnaie au Cameroun, notamment, survient au moment où plusieurs réseaux d’exportation de ces pièces, entretenus par des ressortissants chinois, sont démantelés dans le pays

Le Cameroun, tout entier, est frappé par une rareté prononcée des pièces de monnaie. Dans le cadre de leurs activités, taximen, mototaximen, revendeurs, fonctionnaires et hommes d’affaires peinent, en effet, à disposer de jetons. Depuis des mois, la rareté des pièces d’argent de 25, 50 et 100 francs fait le prix des choses. Cette pénurie des pièces de monnaie au Cameroun, notamment, survient au moment où plusieurs réseaux d’exportation de ces pièces, entretenus par des ressortissants chinois, sont démantelés dans le pays. Une fois exportées, ces pièces de monnaie serviraient à la fabrication de divers objets.

Il y a le fait de garder la monnaie chez soi et non à la banque qui a pris des proportions inquiétantes chez certains citoyens...”

Dans leurs théories, les spécialistes de la monétique indiquent deux causes à la pénurie de jetons observée au Cameroun. « Il y a le fait de garder la monnaie chez soi et non à la banque qui a pris des proportions inquiétantes chez certains citoyens. Autre explication plausible : les petits artisans informels l’avouent, ces pièces, qui sont en métaux précieux, comme l’or, l’argent, le bronze et autres, sont utilisées pour faire des bijoux », explique Bruno Etogo. À l’en croire, de pareilles situations ne devraient pas arriver. Car, dit-il, les pièces de monnaie ne sont mises en circulation qu’après échange contre une quantité équivalente d’unités de compte plus généralement représentées par des billets.

M.E.O, Vision Web

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *