La femme rurale : Un maillon important du développement social

Actualités articles cuture Economie International Magazines Société

Nous ne lui rendrons jamais assez hommage au dynamisme tant ses labeurs quotidiennes impactent notre existence. Elle apporte à chaque instant du bonheur dans nos vies en éloignant  de nous la famine et autres désagréments. Au quotidien, elle  est au four et au moulin pour inonder les marchés urbains de produits vivriers divers à la grande satisfaction de nombreuses familles. Qu’elle s’investisse dans l’agriculture, dans l’élevage, dans la pisciculture ou toute autre activités productrices de plus valu, cette femme  participe à sa manière à l’élan de développement de notre pays.

Parfois, elle se retrouve au sein d’associations féminines pour lutter contre la pauvreté et la misère en milieu rural. C’est ainsi qu’elle participe à construire nos campagnes à travers des mini projets de développement, qu’elle met en place avec ses congénères à travers des champs communautaires, des petits élevages, des étangs piscicoles, etc. Elle s’investit comme toutes les autres parfois dans des organisations paysannes à la création de structures économiques génératrices de revenus pour un mieux être dans sa communauté. 

La femme rurale est un important vecteur de développement, car elle se bat à produire et à transformer sa production agricole pour le compte des consommateurs des grandes villes. Elle représente à ce jour, dans notre pays, près de 49 % de la main d’œuvre agricole. Elle participe de manière sereine à sa sécurité alimentaire. C’est le fer de lance de nos campagnes, son endurance au travail est reconnue de tous. Elle est de tous les fronts en milieu rural et porte, parfois, à elle seule toutes ces casquettes : ménagère, éducatrice, agricultrice,  fermière, couturière, coiffeuse, etc. C’est cet important bras séculier du développement qui se lève généralement aux premières heures du jour pour porter les fruits de son travail vers les centres urbains, par des moyens de transport rudimentaire, dans une précarité et un dénuement sans pareille. Le but étant, à chaque fois, le combat contre la misère et la pauvreté dont elle fait face en permanence. Elle se bat corps et âme pour  trouver des moyens et offrir une meilleure éducation à sa progéniture afin de pérenniser les foyers et les communautés rurales de son pays.

Sa contribution au développement du Cameroun reconnue,  son rôle nourricier doit être  renforcé. L’État, à travers les collectivités locales, doit pouvoir faciliter son accès aux infrastructures de base, lui créer des facilités d’accès aux crédits pour développer ses activités et augmenter ses revenus, encourager son alphabétisation pour son insertion dans la dynamique du développement rural.

Actrice majeure du développement durable, elle se doit d’être intégrée dans les chaines de valeurs pour conforter son rôle stratégique de piliers du développement social, de mamelles nourricières et protectrices de nos campagnes et villes.

D.M, Vision  Web

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *