YOUR NEWS

Cameroun -Croissance : 3,2% en 2019

Abbas Mahamat Tolli

Contrairement aux 3% soutenus par une activité économique en envol tel que prédit par le gouverneur de la Banque des États de l’Afrique centrale (Beac), Abbas Mahamat Tolli,  au sortir du dernier Comité de politique monétaire de cette banque centrale, pour le compte de l’année 2018, les six États membres de la Cemac devront s’attendre à un taux de croissance de 3,2% contre l,’7 % en 2018. Cette embellie selon  l’institution financière sous régionale est le fait d’une stabilisation des pressions inflationnistes avec un taux d’inflation à 2,1%, comme en 2018, un excédent du solde budgétaire base engagements, dons compris de 0,9 % du Produit intérieur brut (PIB), contre un déficit de 0,7 o% du PIB en 2018.

Selon la Banque centrale, l’on prévoit une aggravation du solde du compte courant extérieur passant de 1,6 % du PIB en 2018 à 5,0 % en 2019 et une expansion de la masse monétaire de 3,8 % pour un taux de couverture extérieure de la monnaie qui se situerait autour de 65,7% en 2019. Tenant compte de ces perspectives macroéconomiques, après analyse du fonctionnement du marché monétaire, le CPM a décidé de maintenir inchangé : le taux d’Intérêt des Appels d’Offres à 3,50 %,  le taux de la facilité de prêt marginal à 6,00 % , le taux de la facilité de dépôts à 0,00 % , le taux de pénalité aux banques à 8,30 %, les coefficients des réserves obligatoires à 7,00 % et 4,50 % sur les dépôts à vue et à terme respectivement.

Pour mémoire, la Cemac a affiché un taux de croissance nul en 2017, à cause de la chute des prix du pétrole, qui ont creusé les déficits budgétaires des pays de la Cemac.  Lequel est légèrement remonté à 1,5% au cours de l’année 2018. Au cours de cette dernière année,  selon le CPM, l’activité économique des pays membres a été marquée par la hausse du prix du baril de pétrole brut, l’augmentation de sa production dans certains pays, et le dynamisme du secteur non pétrolier, conjugués avec la poursuite des réformes macroéconomiques et structurelles par les Etats de la sous-région.

R. G. E, Vision Web

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *