YOUR NEWS

Ange Salomé, la candide intellectuelle

Elle impressionne immanquablement au premier abord. Par son regard vrai  et  sympathique.  Par  son  physique  respectable.  Ses  près  de  90  kilogrammes,  répartis  sur sensiblement  1,73 mètre  de  taille, Salomé Ange  Fouda  Mballa  est de ces jeunes  qui  montent  dans le  Groupe l’Anecdote et en font la fierté.

Tant l’expertise est avérée chez cette jeune dame de 28  ans et la compétence incontestable. La community manager de Vision4 est titulaire d’un master en peace journalism, option négociation et communication de l’UPAC   (Université  protestante d’Afrique centrale).  Salomé Ange, auparavant, avait décroché une licence en droit  public et  sciences politiques  de  l’université de Ngaoundéré.

Elle dit s’être toujours passionnée pour les métiers de la communication du fait des nombreuses ouvertures qu’ils proposent et de l’interaction avec les  hommes. Mère d’une fillette de  1 an, Salomé sait rendre grâce  à  Dieu pour tant de merveilles dans sa vie. Elle dit que tout ce qu’elle a pu réaliser jusqu’ici dans la vie, elle le doit au Créateur qui a permis à ses parents d’obtenir ce qui était nécessaire pour ses frères et elle. Il n’est pas rare de la surprendre tous les jours autour de 15heures, l’heure de la Passion chez les chrétiens catholiques, en  train de réciter discrètement, même en plein  travail, son chapelet. Salomé Ange, «  c’est la serviabilité, la simplicité,  l’humilité et la disponibilité » aux  dires de ses collègues et proches.

Fondatrice de ACAP (Association Cœur A Partager, qui résonne  en éwondo comme “générosité“), la Mvog Belinga, de Nkolfon (la colline du maïs)  dans le  3ème arrondissement de Yaoundé, développe, toujours selon ceux qui l’approchent un sens élevé du devoir et cultive chaque jour qui passe des  aptitudes indéniables pour le travail en équipe.

Inscrite au 3ème cycle, elle n’a aucun complexe à s’informer d’une question technique auprès d’un collègue à priori moins capé. Jeune femme ouverte à la modernité et au monde,  la fille du défunt Fouda François est, malgré tout, solidement ancrée dans son terroir bene. Elle aime énormément sa famille, notamment sa mère qu’elle veut tout le temps aider. Elle peut raconter à l’infini nombre d’histoires de son village dans lesquelles elle connait bien nombre de parents et grands-parents. Côté cœur, Salomé vit avec le père de sa fille. Elle espère que ce sera l’homme de sa vie. La sincérité qu’elle met en œuvre pour les autres, elle voudrait qu’on lui en retourne fût-ce qu’un brin. Quoique pas naïve, la paroissienne de Ste Thérèse de L’Enfant Jésus d’Ahala n’abhorre rien autant que les intrigues et toutes les formes de mesquineries.

H.B, Vision Web

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *