YOUR NEWS

Pénurie d’eau : Les forages comme solution

La rareté de l’eau potable fait des vagues depuis un certain temps dans les grandes agglomérations du Cameroun. Toutes les grandes villes du Cameroun souffrent du manque de cet élément essentiel à la vie quotidienne.

A Yaoundé par exemple, il y a des quartiers qui ont déjà fait des années sans être alimenter en eau. Les sociétés en charge de l’eau dans la République semblent dépassées par la demande ou alors ce sont les infrastructures qui ne permettent plus de couvrir certains quartiers de la ville. Et les villages ne sont pas en reste. Avec les changements climatiques et les arbres qui sont abattus à la pèle, les cours d’eau tarissent. Et les conséquences sont les mêmes que dans les villes.

Un phénomène se fait remarquer dans les nouveaux quartiers ces dernières années, c’est la construction des forages dans les concessions. Avec ces nouvelles installations, le problème d’eau ne se pose qu’à cause du manque de moyens financiers. D’où la différence entre les puits simples et les forages qui produisent de l’eau plus apte à la consommation. En réalité, le forage vient à la rescousse des sociétés Cameroon waters Utilities (Cawater) et Camerounaise des eaux (CDE) ; qui ont la charge de produire de l’eau et de la mettre à la disposition des ménages dans le pays. Elles sont aussi bien responsables de la qualité que de la quantité de cette denrée importante pour toutes les couches sociales. Pauvres ou riches, vieux ou jeunes, tous ont besoin de l’eau pour vivre. Et la meilleure qui soit pour le bien être de tous, c’est celle qui est potable.

Pour qu’une eau soit qualifiée de potable, il faut qu’elle soit incolore, inodore et sans goût a-t-on l’habitude de dire. Mais celle qui est servie dans les villes ne respecte pas toujours ce principe, d’où la recrudescence des maladies de l’eau ; à savoir les dysenteries et autres diarrhée et même le choléra, qui sont toujours déclarés dans les foyers.

Aujourd’hui, les forages, lorsqu’ils sont bien entretenus, produisent une eau meilleure que celle des canalisations désuètes et parfois obsolètes des grandes villes. Il est temps que les populations se prennent en charge. Que celles qui sont déjà installées trouvent le moyen de créer un point d’eau et pour ceux qui sont en voie de l’être, c’est-à-dire en construction, que le forage y ait une place de choix.

HB, Vision Web

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *