INCIVISME : YAOUNDÉ A MAL À SON URBANISATION

Actualités articles Magazines Société

La police municipale est aujourd’hui au centre de toutes les controverses, elle est accusée de tous les maux et de toutes les tares. Est-elle la seule responsable de la situation ?

Une tentative de réponse à cette question se trouve dans le regard objectif jeté autour de nous dans nos grandes villes. L’insalubrité, les marchés improvisés, les commerces ambulants et tous azimuts ont fait leur lit dans les rues et les trottoirs des villes. Au nom de la lutte contre le chômage, des millers de personnes ont fait de l’espace public citadin, le lieu de tous les abus en tout genre, au grand dam des autorités chargées de veiller à la bonne tenue des espaces publics.

La réponse à apporter à tous ces débordements a été trouvée par les communautés urbaines des deux plus grandes villes du Cameroun, Douala et Yaoundé, à travers la mise sur pied des polices municipales. On peut questionner le profil des candidats, s’attarder sur la méthode et trouver à redire sur les procédés, il reste et demeure un fait, nos villes ont besoin d’un sacré coup de balai, au propre comme au figuré. Certes, il ne faudrait pas le faire en marchant sur le sang des Camerounais, mais il est clair que la prise de conscience de ces derniers serait un atout indéniable remporté face à l’incivisme et aux mentalités rétrogrades.

Yaoundé a mal à son aspect physique du fait de l’insalubrité. La capitale politique du Cameroun souffre de l’anarchie qui a pris corps sur ses trottoirs, ses rues et ses quartiers, populaires comme résidentiels. la pollution sonore n’est pas en reste. Y trouver une solution est un impératif. Faut-il nécessairement un dialogue pour faire entendre raison à quelqu’un quant à la propreté de sa cour ?

Faut-il une négociation particulière pour amener un automobiliste à respecter les feux de signalisation ? Doit-on supplier un citoyen pour lui faire comprendre que le trottoir n’est pas un espace marchand ?

« Dura lex, sed lex », la loi est dure mais c’est la loi. S’y conformer est la première des libertés que l’on s’octroie. Aller en marge c’est s’exposer à son revers et les conséquences sont faites pour être assumer. Soyons tous responsables.

GPO, Vision Web

(31)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *