Home articles Actualités Ça se passa un 4mars 2007 : Signature de paix au Burkina Faso
Ça se passa un 4mars 2007 : Signature de paix au Burkina Faso

Ça se passa un 4mars 2007 : Signature de paix au Burkina Faso

0
Ouagadougou Carte localisation

Du 5 février au 3 mars 2007, plusieurs rencontres politiques se sont tenues à Ouagadougou, capitale du Burkina. Sur l’initiative du Président Burkinabè Blaise Compaoré, ces assises tiennent suite à l’annonce d’un plan de sortie de crise du Président ivoirien, Laurent Gbagbo, qui saisit son homologue, en tant que représentant en exercice, à la conférence des chefs D’État de la communauté économique de l’Afrique de l’Ouest. Pour que ce confrère lui facilite le dialogue direct entre les forces nouvelles du conflit armé de la Côte d’Ivoire. Après avoir consulté Guillaume Soro, le secrétaire général des forces nouvelles, Blaise Compaoré y marque son accord et préconise à ce que ce dialogue direct s’inscrive dans le cadre de la résolution adoptée  par le conseil de sécurité des Nations unies. Au cours de leurs échanges, les acteurs procèdent à une analyse profonde de la situation interne de la Côte d’ivoire. Soulignant entre autre, l’impérieuse nécessité de construire la paix et la stabilité, de lutter contre l’insécurité grandissante, le chômage et la pauvreté. De restaurer l’autorité de L’État sur l’ensemble du territoire national et garantir la libre circulation des personnes et des biens sur toute l’étendue du territoire national.

Gbagbo, Compaoré, Soro

C’est ainsi que le 4 mars 2007, le Président Laurent Gbagbo et le secrétaire général des forces nouvelles, Guillaume Soro signent  à Ouagadougou, un accord de sortie de crise au terme d’un mois de négociations sous l’égide du Président Blaise Compaoré. Cet accord qui vise à ramener la paix en Côte d’ivoire et à réunifier le pays. En raison de la responsabilité particulière qu’elles ont dans la conduite du processus de sortie de crise, les deux  parties aux conflits armés, reconnaissent finalement l’impérieuse nécessité de se mettre ensemble pour consolider la paix, promouvoir une véritable réconciliation et parvenir à une normalisation politique  et institutionnelle qui se déploiera par un dialogue permanent et une confiance mutuelle.

E.C.O, Vision Web