La jeunesse en fête

Actualités articles cuture

Le thème des festivités marquant le 11 février 2019 est fort évocateur à l’endroit de ceux qui sont appelés à présider aux destinées du pays dans un futur proche.

« Jeunesse et défis de la construction d’une nation exemplaire, indivisible, forte et émergente ». C’est le thème de la fête la 51e fête de la jeunesse qui ce célèbre chaque 11 février au Cameroun. A chaque édition une problématique qui épouse le contexte et place le jeune au-devant de ses responsabilités. L’an 2019 ne déroge pas à la règle, le moins qu’on puisse dire est que le thème de la 51e édition se fond tellement dans la réalité actuelle qu’impose les faits vécus par le Cameroun, qu’il devrait faire l’objet d’une analyse approfondie et enseignée à ceux qui se réclament encore de la tranche d’âge de la jeunesse, 15-35 ans selon les instances des nations unies.

L’unité nationale est un idéal qui, depuis la fondation du Cameroun, a toujours habité les esprits des dirigeants Camerounais. La nation Camerounaise est en perpétuelle construction, et le jeune de 2019 est appelé, au moment où naissent toutes sortes de menaces, de la préserver jalousement, de la défendre au prix de tous les sacrifices. Le Cameroun est un tout, un village, une tribu, une ethnie. Et dans ce grand village national, la primeur revient à la défense de l’intérêt général, en prenant soin de mettre à l’écart et de bannir tout esprit tribaliste, diviseur, pire encore, prédateur de la fortune collective. Ce n’est qu’à ce prix que le jeune de 2019 sera le bâtisseur de la société exemplaire, unie et naturellement forte, à l’instar de la Chine de Mao, pour enfin se hisser sur les cimes d’une émergence qui depuis toujours, lui tend les bras.

Le Cameroun est sûrement riche de son sol et de son sous-sol. Riche de sa nature luxuriante, de ses paysages de carte postale, de sa faune et de sa flore, mais il est d’abord et surtout riche des hommes qui le composent. A quoi peuvent servir toutes ces richesses entre des mains d’insensés ? Certainement pas grand-chose. Et qui mieux que la jeunesse actuelle devrait le comprendre et l’assimiler afin que le joyau qu’est cette Afrique en miniature ne périsse jamais et qu’au contraire, connaisse son apogée et finisse par éclore aux yeux du monde, comme cette terre, ce peuple béni, à qui la providence a naturellement octroyé les vertus de paix, d’hospitalité et de respect des valeurs. La jeunesse est appelée à prendre le flambeau, 2019 doit marquer la véritable prise de conscience pour la préservation du bien le plus cher à tous, le Cameroun.

GPO, Vvision Web

(9)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *